• Abigaël

    Abigaël est un texte précieux, grave et généreux sur l’entrée de Gina dans le monde des adultes, un passage qui se fait dans la solitude et dans le chaos d’un monde ravagé par la guerre. Pour la protéger du danger, son père décide de l’envoyer dans une pension proche de la frontière.

  • Attendre un fantôme

    Jeff est tué dans un attentat à Jérusalem. Un mois est passé depuis sa mort, pendant lequel Kate, sa compagne, était en vacances, coupée du monde. Un mois de silence que la mère de Kate brise à son retour, lui annonçant la nouvelle à sa façon, en tragédienne qui ménage son effet : elle savait mais n’a rien dit.

  • Beaumarchais

    On associe généralement Beaumarchais à sa pièce de théâtre Le Mariage de Figaro. Mais Beaumarchais, c’est bien plus que cela. Beaumarchais, c’est un inventeur de génie, un homme qui sait tirer profit de toutes les situations, un courtisan dans tous les sens du terme.

  • Berta Isla

    Sur fond de guerre froide et de luttes secrètes, Javier Marías tisse le récit d’une vie d’attente, celle de Berta Isla, une jeune Madrilène mariée à l’homme qui était son promis depuis toujours. Mais sait-on vraiment ce qui se cache derrière les paupières de celui qui dort à côté de vous ?

  • Bitna, sous le ciel de Séoul

    Bitna, jeune femme fraîchement arrivée d’une bourgade provinciale et reculée, s’émancipe peu à peu, prend son essor et son envol dans le pouvoir du langage et de l’imagination. Les mots deviennent dépendance, ses histoires créent une accoutumance, un espace de rêves et de désirs partagés.

  • Capitaine

    « Ainsi, Glissant dialoguait avec Cendrars, qui à la sempiternelle question, alors Blaise, tu l’as vraiment pris ce transsibérien, répondait, joueur : “Qu’est-ce que ça peut te faire puisque je vous l’ai fait prendre à tous.” » De même que Cendrars nous fait prendre le transsibérien, Adrien Bosc nous embarque avec André Breton, Lévi-Strauss, Victor Serge et Anna Seghers sur ce bateau.

  • Cette maison est la tienne

    Voici un grand roman américain dont le point de vue est particulièrement original : celui d’une famille indienne chiite. Les parents, Rafiq et Layla, sont arrivés aux États-Unis tout juste mariés. Ils ont trois enfants : deux filles, Hadia et Huda, et un garçon, Amar.

  • Chroniques d’une station-service

    Ces Chroniques d’une station-service commencent avec le meuglement d’une vache dans la nuit, enfermée dans un 35 tonnes qui l’emmène certainement à l’abattoir. Un vain cri dans le silence qui plante le décor de la vie de Beauvoir, jeune homme travaillant dans une station-service.

  • Dans la fureur du monde

    Catt, critique d’art, gagne sa vie en louant des appartements retapés. Paul est un ancien alcoolique sans le sou, en liberté conditionnelle, qui fait tout pour se tenir loin des tentations et ne pas retourner en prison. Quand Catt se réfugie dans un nouveau projet immobilier pour fuir un dangereux amant, elle finit par employer Paul et s’attache à cet homme qui donne le meilleur de lui-même.

  • Dans mon pays d’incertitude

    Nejma a 15 ans et pas question qu’on l’appelle Nej ou Nejjy. C’est Nejma. Troisième génération d’immigrés, elle se bat pour exister. Parce que le seul endroit où elle est elle-même, c’est lorsqu’elle peint. Pour ses parents, inutile de rêver en faire sa vie, elle doit trouver un vrai travail.